Festival international de jardins | Jardins de Métis

Adaptation

23e édition du Festival international de jardins, du vendredi 24 juin au dimanche 2 octobre 2022

Présentation

Thématique 2024 – Écologie des possibles

Les réjouissances sont de mise : en 2024, le Festival international de jardins célèbrera son vingt-cinquième anniversaire. Au-delà des festivités, l’atteinte de cet important jalon incite à l’introspection et à la projection dans l’avenir. Ainsi, quelles étaient les prémices de l’évènement, dont la première édition s’est tenue au tournant du millénaire? Quels enjeux et thématiques ont été mis de l’avant depuis? Comment nos préoccupations et idéologies ont-elles progressé, au fil des ans, et comment imaginons-nous l’avenir du jardin?

Fondé en 2000, le Festival est dès ses balbutiements fortement engagé dans la réflexion et le renouvellement de l’art des jardins. Son édition inaugurale a regroupé huit créations inédites dans lesquelles la dialectique nature/culture se positionnait à l’avant-plan.

Si aujourd’hui le Festival questionne toujours le pourquoi et le comment du jardin contemporain, les notions abordées prioritairement et les perspectives employées ont changé. En vingt-cinq ans, nos regards théoriques sur divers enjeux se sont transformés, notre vocabulaire critique s’est diversifié et nous ressentons plus que jamais l’urgence d’agir face à l’accélération des changements climatiques. La dichotomie de base opposant les concepts généraux de « nature » et de « culture » nous apparaît désormais désuète, l’anthropologie contemporaine ayant démontré que la compréhension qu’a l’être humain de l’univers naturel se situe dans une dynamique relationnelle. Dans cette logique, les notions de nature et de culture ne peuvent être confrontées l’une à l’autre, la première étant immanquablement perçue par le truchement de la seconde.

Le jardin actuel, qu’il soit privé ou public, nous apparaît comme ayant une responsabilité sociale. Durable, il préserve et soutient la biodiversité. La sélection des végétaux le constituant se fait après avoir considéré les besoins et comportements spécifiques à chaque espèce, puis dans leur interaction les unes avec les autres. Les caractéristiques du site à aménager ainsi que leur évolution au cours des saisons sont soigneusement étudiées.

À la lumière de ces idéologies et de la conjoncture actuelle, l’avenir du jardin est-il solidaire? Repose-t-il dans un exercice relationnel et transversal?

Parions qu’il naîtra d’un véritable dialogue avec le vivant. 

DIRECTRICE ARTISTIQUE | ÈVE DE GARIE-LAMANQUE

Lire la suite

Édition